Sexothérapie non médicale

Les médecins sexologues peuvent proposer à leurs patients un suivi thérapeutique et leur prescrire des médicaments, tandis que le praticien en sexothérapie accompagne les patients dont le trouble sexuel est d’origine psychique, relationnelle ou sociale. Il ne pratique pas d’examen physique sur ses patients. Avant d’entreprendre une sexothérapie, il est important de faire un bilan médical pour écarter l’hypothèse d’une pathologie purement fonctionnelle.

Parler de sa sexualité, de son intimité n’est pas chose simple. Mais quand sa vie sexuelle se dégrade, que tout semble se déséquilibrer, la sexothérapie peut s’avérer utile pour aborder les troubles sexuels rencontrés en toute confiance et bienveillance :

  • l’usure du couple
  • trouble du plaisir et du désir
  • Faire comprendre que l’amour n’est pas uniquement un acte sexuel mais aussi du partage 
  • Absence de rencontre sexuelle et affective
  • Difficultés à rentrer en contact avec le sexe opposé
  • Trouble du désir
  • Absence de dialogue et de communication dans le couple et autour de la sexualité
  • Les pannes d’érection
  • Interrogation autour de l’homosexualité
  • Interrogation autour de la bisexualité
  • Recherche d’identité

La sexualité ne doit pas répondre à un modèle culturel ou social, elle doit être créative, nourrissante et épanouissante tout en respectant les besoins de chacun.

L’absence de libido peut survenir suite à un événement déstabilisant comme un deuil, la perte d’un emploi, une naissance. La rencontre avec un thérapeute en sexothérapie peut vous aider à rétablir le dialogue dans le couple, se redonner la parole, communiquer.

La sexothérapie tend avant tout à rétablir la communication sexuelle au sein du couple. Certains souffrent d’un réel manque de dialogue, d’autres d’une sexualité faite d’automatismes. Le rôle du thérapeute est alors de remettre ces couples sur une nouvelle route, en les aidant à ré-introduire l’érotisme et le plaisir sexuel.

Le sexothérapeute accompagne les personnes à se rencontrer sexuellement pour aller dans la direction souhaitée de chacun.

A chaque étape, la (les) personne(s) et le thérapeute font le point et décident de la nouvelle direction à suivre.

Les séances se font soit en couple, soit en alternance des deux partenaires. Parfois venir seul permet de s’épancher plus ouvertement ou d’acquérir plus d’assurance ou de préserver son jardin secret. Si la personne vient seule, le sexothérapeute  peut éventuellement demander à voir le ou la partenaire en cours de thérapie : la plainte ou souffrance de l’un des partenaires a forcément une répercussion sur l’autre.

Rassurez-vous, au début il n’est pas si facile de s’exprimer sur sa propre intimité, de formuler le point sensible, les blocages et les répercutions dans la vie de chacun. Et puis, progressivement, la confiance s’installe, les mots deviennent plus fluides. Les séances s’inscrivent dans l’espace de la libre parole et de la bienveillance.

On peut tout dire sans risque et dans le respect mutuel de l’autre. Parler élimine les blocages. Parler de sexualité, sans tabou est un problème chez les couples. Parler librement de sexe n’est pas évident pour tout le monde, le thérapeute est là pour vous mettre à l’aise avec les mots et parler calmement afin d’enclencher un dialogue ouvert, franc et sans tabou avec un discours respectueux des valeurs de chacun.

J’aborde aussi la sexualité avec les adolescents : Faire l’amour pour la première fois suscite souvent une appréhension et de nombreuses questions. Il est donc normal d’éprouver de l’appréhension avant d’accomplir cet acte qui reste un peu mystérieux, où un autre va connaître son intimité, juger, sur lequel on mise beaucoup pour son bonheur et l’équilibre de sa vie. Pas évident d’aborder le sujet avec ses proches, encore moins avec ses parents sur ses questionnements, ses choix, ses craintes. L’objet de cet accompagnement et de laisser la libre expression à l’adolescent sans jugement afin qu’il puisse explorer sa sexualité en toute confiance et sans risque pour lui et les autres.

Thérapeute SAFE – transgenre – genderfluide – agenre – orientation sexuelle – non binaire – Queer – intersex – LGBT – bisexuel – lesbiennes – gays – trans – pansexuelle – identité sexuelle – abus sexuels – zèbres – HP – surdoués – TDAH – crise de la quarantaine – crise de milieu de vie – deuils – dépressions – thérapie de couple – addictions – drogue – alcoolisme – boulimie – anorexie – hyperphagie – angoisses – scarifications – violences conjugales – abus sexuels – autisme – asperger – famille recomponsée – burn-out 

Dieppe – Rouen – Yvetot – Eu – Le Tréport – Saint-Valery-en-Caux